La culture générale du 21ème siècle

Le code est la culture générale du 21ème siècle; Apprendre le code aux enfants, c’est leur donner à comprendre le monde qui les entoure. Toute notre société est touchée par le numérique et il jouera de plus en plus un rôle primordial dans un tas de domaines…

Aujourd’hui, toute activité humaine repose sur la programmation. Le smartphone s’est généralisé et le code gère nos vies privées. Il nous permet de faire nos courses, de payer nos impôts, de lire la presse, même l’agriculture est robotisée. Et ça va continuer. L’intelligence artificielle est déjà une réalité !

En générale le code est vu comme quelque chose de compliqué. Ce n’est pas vrai. Apprendre à lire, écrire, compter est aussi difficile mais c’est accessible à tous. L’important, c’est la pédagogie et de commencer tôt. Coder consiste simplement à donner des instructions à une machine. Cela demande de la logique, de la rigueur et de la précision. Ce n’est pas une fin en soi mais un moyen de création jouissif intellectuellement.

Démythifier le monde du numérique

En apprenant le code les enfants réalisent que ce qu’ils utilisent dans l’ordinateur n’est pas magique mais fait par des hommes et des femmes, et qu’ils peuvent le faire aussi. Ça le démythifie. Cela leur donne également l’opportunité d’apprendre à apprendre, à conceptualiser en passant par les étapes suivantes: comment mener à bien un projet, définir son objectif, trouver comment y aller, développer des stratégies de résolution de problème, tenter une chose, changer quand ça ne marche pas… Ce sont des compétences utiles partout.

Développer leur logique

Comme aux échecs, le code permet de comprendre la relation entre nos actions et la conséquence de nos actions. Et donc de développer sa logique et son sens de la stratégie

Aiguiser leur sens de la rigueur

Il ne faut pas croire que les enfants qui font du code restent passifs devant leur ordinateur ! Ils sont actifs, concentrés. Cela demande beaucoup de rigueur

Libérer leur créativité

C’est aux enfants d’inventer leur projet, leur univers, leurs règles …
Créer un objet numérique procure autant de fierté et de plaisir qu’un texte, un dessin ou une sculpture. C’est un nouvel espace de création pour les enfants. Certains élèvent se révèlent avec cette activité. L’aspect nouveauté et le côté ludique du matériel jouent, mais c’est aussi le peu de consignes et donc le grand espace de créativité offert qui motive les enfants

Les rendre plus autonomes

Avec en plus la satisfaction de pouvoir se corriger soi-même sans avoir à subir de jugement extérieur. Si son programme ne fonctionne pas, l’enfant revient en arrière et trouve une solution lui-même. L’erreur change de statut, elle devient formatrice.
A noter que cette notion d’autonomie ne rime pas avec solitude. Dans les séances de code, il y a beaucoup d’échanges et d’interactions entre les participants qui s’inspirent et s’entraident.

Leur donner du recul face au numérique

Initier les enfants au code permettrait aussi d’adopter une posture moins passive devant l’écran et avec toutes sortes d’objets numériques, Ne plus être passifs face aux écrans.
Une certaine maîtrise ou du moins notion de ce qui fait désormais notre quotidien est indispensable pour faire de nos enfants des acteurs de l’avenir. Pour développer leur esprit critique de futurs citoyens, ils ne doivent pas uniquement être consommateurs peu avertis d’écrans et de tablettes. Le seul usage ne suffit pas.

Nous sommes sans cesse en lien avec des objets programmés et nous manquons parfois de recul, comme s’ils étaient des boîtes noires impénétrables. Lorsque une billetterie automatique ne nous permet pas de revenir en arrière, c’est la faute de la machine ! Comprendre qu’il y a un être humain derrière elle – le programmeur – c’est déjà un début d’émancipation. L’informatique fait partie de notre vie, quelque soit notre domaine d’activité. S’approprier son fonctionnement, c’est donc s’approprier une partie du monde qui nous entoure.

Add your thoughts

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *